Axe 1

 

Étude sémantique autour des notions clés participant à définir la période « post-inondation »


Les concepts de vulnérabilité et de résilience sont apparus progressivement et ont pu évoluer en même temps que les politiques publiques de prévention et de protection se déployaient et montaient en puissance. Ces notions peuvent cependant varier selon l’angle d’approche (dimensions physique, systémique, sociale, économique) et selon les acteurs (institutionnels, scientifiques, population).

La vulnérabilité est liée d’abord à la notion d’aléa et à celle d’enjeux exposés, mais on peut aussi y inclure la capacité de réaction des acteurs sur le terrain.

La notion de résilience introduite plus récemment dans les politiques publiques, reste encore difficile à appréhender et à objectiver ; si elle comporte en elle-même une dimension vulnérabilité, son contour exact fait débat ainsi que les moyens de l’évaluer.

La meilleure compréhension de ces notions, de leur évolution au fil du temps, mais aussi l’identification des aspects manquants ou insuffisamment précis, sont nécessaires au projet RAITAP.

L’axe 1 visera notamment à répondre aux objectifs suivants :

  • Réussir à aboutir à une formalisation d’un parti pris pour que l’État adopte une position sur les notions de résilience et de vulnérabilité : « Sortir du dilemme vulnérabilité / résilience et trouver un cadre d’usage dans l’action publique » ;
  • L’axe 1 doit créer du lien servir de liant et de passerelle entre les différentes démarches entreprises au sein dans 3 autres axes. L’axe 1 devra ainsi permettre de créer une dynamique dans le projet ;
  • Pour le moment l’approche envisagée reste assez quantitative concernant le couple vulnérabilité / résilience (axe 2 et 4) car basée sur l’endommagement des enjeux. L’axe 1 doit pouvoir aider à dépasser cette vision matérielle de la vulnérabilité et réussir à appréhender les interactions réciproques entre l’environnement et la société.
  • dans un second temps cet axe se penchera sur la problématique liée à la terminologie utilisée par les pouvoirs publics en matière de « reconstruction, redressement, retour à la normale d’un territoire »

Cet axe de travail s’appuie sur des analyses bibliographiques, ainsi que sur une démarche d’entretien auprès d’acteurs (de niveau national ou local).


Contacts :

Bruno LANDREAU, Département Infrastructures Mobilités Environnement et Risques (bruno.landreau@cerema.fr)

David NICOGOSSIAN, Département Construction Aménagement Projet (david.nicogossian@cerema.fr)